Archive#113: Le Droit à la Ville

homso_0018-4306_1967_num_6_1.jpeg

23.08.2017 — Le Droit à la Ville, Henri Lefebvre

En 1968, Henri Lefebvre publie son ouvrage Le Droit à la Ville. Véritable révolution dans notre manière de comprendre l'urbain, il décrit la ville non plus comme un simple ensemble de formes, mais comme un produit issu de l'activité humaine avec ses inégalités et ses processus de production (voir aussi "La production de l'Espace" publié en 1974). 

Cet article, publié quelques années plus tôt, présente les principales thèses de Lefebvre et permet de mieux comprendre en quoi la ville est un territoire politique avant tout.

"A la ville éternelle pourquoi ne pas opposer des villes éphémères et des centrantes mouvantes aux centres stables? Toutes les audaces sont permises. Pourquoi limiter ces propositions à la seule morphologie de l'espace et du temps? Il n'est pas exclu que des propositions concernent le style de vie, la façon de vivre dans la ville, le développement de l'urbain sur ce plan".

Faisant le constat que "la ville est morte" et que "l'urbain persiste", l'auteur réaffirme le pouvoir de la praxis dans l'établissement des rapports sociaux qui constituent, in fine, ce qu'est la ville. Dès lors, l'architecte - l'urbaniste - le géographe se doivent de revoir leurs méthodes vers la transduction et l'utopie expérimentale en discernant la structure, la fonction et la forme.

Dans une société qui promeut les droits dans un contexte affirmé de lutte des classes, le droit à la ville "ne peut se concevoir comme un simple droit de visite ou de retour vers les villes traditionnelles. Il ne peut se formuler que comme droit à la vie urbaine, transformée, renouvelée.